Les peintures des enfants

 

La Voie de l’Esthétique. Art Thérapie ?

 

Depuis 15 années la pratique esthétique spontanée des enfants souffrant de troubles de la communication a fait l’objet de notre attention et nous avons décidé de conserver et de favoriser la production des enfants. A l’institut médico-éducatif Michel de Montaigne ceux-ci disposent, dans chaque salle de groupe, d’un mur atelier qui est le chevalet sur lequel ils peuvent réaliser, à la demande, des peintures d’assez grand format.

La réussite esthétique de ces œuvres nous a d’abord amenés à exposer et à publier un phénomène (L’enfance de l’Art 1990, Peinture d’Origine 1994), qui constituait une indication précieuse sur la nature des liens pouvant unir les difficultés de communication et l’expression artistique.  Nous n’avons jamais déclaré que les enfants étaient devenus, du même coup, des artistes, ni même que leurs œuvres étaient équivalentes à des œuvres d’art.

Toutefois, la réussite de ces travaux méritait qu’on s’arrête à les considérer. Que leur complexité soit découverte et montrée comme la preuve d’une humanité qu’il ne faut jamais oublier de prouver ; si incontestable qu’elle soit, mieux vaut, toujours et encore, en montrer les signes.

Enfin, depuis quelques années nous nous sommes autorisés à ouvrir une voie, que nous refusions d’abord, celle de l’interprétation de ces productions (Le Bazar du Génie, 2002)

D’une part il nous a semblé qu’il valait mieux interpréter clairement que de laisser se propager l’idée simple, mais fausse selon nous, que les enfants usaient consciemment de la peinture pour exprimer ce qu’ils ne pouvaient transmettre par le langage. D’autre part il s’avérait que l’interprétation phénoménologique que nous pouvions alors promouvoir, ne négligeait pas, n’objectivait pas le sujet. Au contraire, elle éclairait, elle rendait accessible la forme de son arrangement avec le monde, sa manière d’être.

C’est seulement de ce point de vue qu’on peut parler, selon nous, d’une art-thérapie… Ce n’est pas d’éjection artistique du malaise qu’il s’agit, mais plutôt d’élucidation d’une manière particulière d’être au monde, explicitée par la production d’un tracé, qui « est » cette manière d’être. A nous de nous lier à cette organisation du Sens ainsi manifestée…

Signalons enfin que les effets thérapeutiques visés par les thérapies corporelles (Packs et Holdings) sont parfois directement lisibles dans les productions plastiques. Ce qui indique  que l’usage du terme esthétique pourrait représenter le caractère essentiel de notre démarche. Rendre sensible : esthésier. Rendre le sujet sensible à sa propre existence, repérer dans ses traces la forme sensible de son « être au monde ».  

 

Acrylique sur papier 180x98cm

Fabien, 13ans

Acrylique sur papier 166x95cm

Jérôme, 14ans

Extraits du livre Le Bazar du génie

Liste des expositions organisées par l'ADETTA

 

DATE LIEU INTITULÉ
Avril 1991 à Paris, Galerie Bernanos L’Enfance de l’Art
Novembre 1991 à Paris, Grand Palais. 45ème Salon des Réalités Nouvelles
Mars 1992 à Caen, Atelier d’A Peinture sans adresse
Mai 1992 à Rouen Festival Art et Déchirure
Novembre 1994 à Brest, La Passerelle Peinture d’Origine
Février 1995 à Paris, Galerie Bernanos Peinture d’Origine
Décembre 1999 à Douarnenez, Ateliers d’art Peinture d’Origine
Novembre 2002 à Paris, Galerie Fanny Guillon-Laffaille Le Bazar du Génie